reconnaitre Les HYMÉNOPTÈRES

LA GUÊPE

Les guêpes sont des hyménoptères dont la taille varie entre 11 et 18 mm. A la différence de l’abeille, ces insectes ont  une pilosité faible, une couleur jaune vive avec des lignes noires très marquées et un abdomen clairement distinct du thorax (d’ou l’expression « avoir une taille de guêpe »). Il existe de nombreuses espèces de guêpes. Dans les habitations, ce sont fréquemment celles dites vulgaires (vespa vulgaire) ou germanique (vespula germanica) qui sont incommodantes. Si certaines guêpes bâtissent des nids à base de boue, la plupart les crée avec des fragments d’écorces mélangées à leur salive. Ce dernier matériel de construction donne aux nids l’apparence caractéristique d’un vieux papier grisâtre. Les guêpes peuvent devenir gênantes en fin d’été, lorsque beaucoup d’individus sont présent au nid. Le reste du temps, elles ne posent que peu de problèmes.

En se nourrissant de petits insectes, elles sont ainsi très utile à l’équilibre des l’écosystèmes. Pour cette raison, il ne faut pas systématiquement les détruire et toujours se demander si cela est réellement justifié. Il est bon de savoir que seules quelques guêpes fécondées (reines) survivront au début de l’hiver et que le nid ne sera jamais réutilisé la saison suivante.

Si l’élimination est malgré tout nécessaire, vous pouvez nous contacter afin de détruire le nid accessible ou utiliser un insecticide à effet rémanent. Veillez à ne jamais boucher les trous d’accès au nid ou de les détruire quand les insectes volent encore ! Ils deviendront alors particulièrement hargneux et cela risquerait de ne pas détruire le nid !

– 11 et 18 mm
– Abdomen et corps très distincts
– Thorax noir et jaune vif

Le frelon européen

Le frelon européen (vespa crabro) est la plus grande guêpes présentes sur le continent. Trois fois plus grande que ces dernières, il peut atteindre les 35 mm. Son apparence ressemble beaucoup à ses petites cousines, tout en étant un peu plus velu et avec une tête souvent plus orangée.

Sa grande taille et son vol bruyant sont responsables de la crainte de la plupart de la population. Cependant, le dicton populaire qui dit que « sept piqûres tuent un cheval » est complètement faux. Sa piqûre n’est pas plus dangereuse que celle de l’abeille et il en faut une centaine pour mettre en péril la vie de l’homme. Bien sûr,  les personnes allergiques aux abeilles et aux guêpes éviteront également son contact.

Malgré les dégâts que les frelons peuvent causer dans les vergers en s’attaquant aux fruits sucrés, comme pour les guêpes, le nid est une grande boule d’une texture ressemblant à du papier. Ce nid ne sera pas réutilisé l’année suivante. Le frelon est peu agressif et assez discret. Il est en régression dans nos campagnes et les nids ne doivent être détruits que si le danger pour les personnes est bien réel. Pour plus de sécurité et d’efficacité, il est alors conseillé de faire appel à des professionnels.

– 18 et 35 mm
– Abdomen jaune rayé de noir
– Thorax noir et roux

Frelons

Le frelon asiatique

Le frelon asiatique (vespa velutina) est une espèce invasive et à combattre à tout prix. Il n’a pas de prédateurs. C’est un gros consommateur d’insectes, met en danger la biodiversité locale et s’attaque aux ruches pour dévorer les abeilles et miel. Déja bien établi en France, on l’identifie par sa taille un peu plus petite et un corps d’une dominante de noir. Lorsqu’il est seul, le frelon asiatique n’est pas agressif mais si vous vous approchez d’un nid à moins de 5 mètres, les attaques sont alors collectives et très agressives.

– 17 et 32 mm
– Abdomen noir avec liserés fins jaune
– Thorax noir 

L'abeille

L’abeille domestique (apis mellifera) mesure entre 11 à 13 mm.

Son corps est trapu, velu et son abdomen ligné de bandes noires. Selon les espèces et les hybridations, l’espace entre ses rayures peut aller du brun foncé au jaune. A moins de manquer de nectar ou être attirée par un pot de miel laissé ouvert, elle n’importune jamais lors de dîners en terrasse. Ce n’est que lorsque l’on s’approche trop près de son nid que l’abeille peut parfois se montrer agressive.

Il ne faut pas confondre un essaim et un nid. L’essaim est une boule compacte d’abeilles (une reine, des ouvrières et quelques mâles) qui vient de quitter une ruche surpeuplée. L’arrivée d’un essaim est une phénomène impressionnant mais sans danger. Sans crainte, laissez les abeilles se rassembler tranquillement en grappe autour de la reine ! Durant plusieurs heures, les abeilles restent douces, l’estomac gorgé de miel. Ne tentez pas de les faire partir en le giclant au jet ou le détruire par un insecticide ! Le mieux est de nous contacter le plus rapidement possible. Nous collaborons avec un apiculteur qui se chargera de les capturer pour le placer dans une ruche. Avec les pertes massives de colonies, il sera sans doute très heureux d’agrandir son cheptel.

Le plus souvent, l’emplacement choisi par l’essaim est provisoire. Si on laisse faire la nature, les abeilles vont repartir d’elles-mêmes dans un délai de un à quatre jours. Une fois arrivées à leur emplacement définitif, elles se mettent au travail rapidement et construisent un nid constitué de rayons parallèles en cire. L’inconvénient majeur de ne pas les récupérer à temps est le risque de les voir élire domicile dans un endroit indésirable (cavité dans un arbre, cheminée, arrière d’un volet, etc. …) Agressives et difficiles d’accès, les déloger s’avère alors très complexe. Lors de cette opération, il est souvent malheureusement nécessaire de tuer les abeilles.

– 11 et 13 mm
– Corps trapu et velu
– Abdomen ligné de bandes noires

 

Frelons

Le BOURDON

Le nom générique de bourdon désigne plusieurs espèces d’insectes aux corps velus et trapus. De couleur noire et jaune, ils peuvent également porter des motifs blancs ou oranges. De grande taille (env. 22 mm), leur vol est bruyant. Ils ne sont pas à confondre  avec le mâle de l’abeille (faux-bourdon) qui ne butine pas.

De nouvelles colonies sont formées chaque année car seule la reine survit à l’hiver. Au printemps, elle cherche une cavité (trou de souris, nid d’oiseau, fissure dans un mur, …) pour y installer son nid. Relativement petites, les colonies de bourdons ne comptent que quelques dizaines d’individus.

Ces insectes sont des pollinisateurs infatigables et ont une très grande importance dans la fécondation de nombreuses espèces végétales. Ils ne sont pas agressifs et ne vont piquer que par auto-défense (écrasement) ou si l’on dérange les nids. Comme les abeilles, ils sont en constantes régression. Des espèces ont même complètement disparu de certaines régions.

– Environ 22 mm
– Corps très trapu et très velu
– Abdomen ligné de bandes noires et jaunes

 

Source : Didier Bettens

NOUS CONTACTER

Faruk : 06 31 36 48 45

Aymric : 06 26 15 29 15

Facebook

contact@darddesvilles.fr